À la Une

3, 2, 1 ….

Hello tout le monde,

Nous y voilà, le décompte est arrivé…. dans 3 jours c’est le GRAND départ.

Alors, vous vous demandez si nous sommes arrivés au bout de nos préparatifs???
Qu’est ce que nous avons fait cette dernière semaine?

Depuis notre déménagement, le rendu de nos clés, nous vivons chez Maman qui a bien accepté de nous héberger jusqu’à notre départ. (réadaptation oblige …xd).

Les aller-retour entre nos 2 communes se font désormais à pied car nos voitures sont stockées jusqu’à notre retour.

Et on peut chanter « 1 km à pied, ça use ça use… ».

Au total, beaucoup, beaucoup de kilomètres au compteur en une semaine.

aller-retour pour aller boire le café avec les amis et dire au revoir

aller-retour pour aller résilier les assurances Macif,

aller-retour pour les courses,

promenades au parc et même…

ramassage de mûres dans les champs (chose que je n’avais pas fait depuis mon adolescence).

On a fini nos préparatifs? NON

Mardi:

  • coiffeur pour maman (ba oui, faut se faire belle avant de partir)
  • fermeture des compteurs EDF/GDF (c’est pas trop tôt),
  • et rdv chez le dentiste pour N. (espérons que ça soit pas méchant)

Mercredi:

  • nous récupérons les traductions des bulletins scolaires de S. nécessaire à son inscription définitive à l’école locale. Nous devons les faire légaliser par le consulat à Paris. Et pour cela….

Direction la Poste ce matin même. Résultat un mandat cash de 17e50, car oui la légalisation n’est pas gratuite (faut bien payer le tampon xd) + une enveloppe Chronopost International à 58e pour qu’il puisse nous renvoyer les documents directement en Equateur. (espérons que rien ne se perde…).

Petit commentaire de la postière qui me dit « vous avez une idée de combien coûte le Chronopost? c’est un budget… »

->>> oui oui mais pas le choix malheureusement

A faire:

  • payer l’assurance santé Chapka
  • transfert d’argent Western Union
  • enregistrement sur AirFrance + franchise bagage supplémentaire +1

A bientôt,

A

Publicités
À la Une

Les vaccins

Départ à l’étranger oblige, nous avons dû passer par la case Centre de Vaccinations Internationales à la Clinique du Tonkin. Ce centre permet de prendre RDV directement sur Internet.

Pendant le rdv vous avez droit à un diagnostique voyage, les vaccins à prévoir, médicaments d’urgence et sprays anti-moustique.

Pour entrer en Equateur, aucun vaccin n’est obligatoire pour les ressortissants de l’UE mais certains sont conseillés. Nous avons opté pour la Fièvre jaune, l’hépatite A et la Typhoide. Pas de vaccin contre la rage (contraignant et cher) ni de traitement anti-pallu (celui ci sera acheté sur place si nous decidons de faire un tour en Amazonie).

Combien ça nous a coûté?

NADA

  Je vous conseille de vérifier avec votre mutuelle car certaines prennent en charge les vaccins sont remboursés par la Sécurité Sociale. Notre contrat mutuelle comprenant un Pack « bien-être » la totalité du coût de nos vaccins nous a été remboursé (80e/ personne). Merci AG2R!!!

A.

L’école

 Un vrai casse tête quand on part en voyage à l’étranger. Une seule question nous taraude « Qu’est ce qui est mieux pour nos enfants? ». En tant que parents cela peut vite devenir l’angoisse principale qui peut faire tourner court un projet de voyage. C’est aussi souvent facteur de conflits car les avis divergent. Mais essayons d’y voir plus clair dans les choix qui s’offrent à nous… Voici dans l’ordre, les options que nous avons exploré au fur et à mesure de l’année allant de désenchantement en désenchantement.

  • Option n°1 -> En Equateur, il existe 2 écoles françaises. Le lycée français La Condamine situé à Quito, et l’école Joseph de Jussieu à Cuenca. Très bien me direz vous, les enfants peuvent être scolarisés en institution française. Oui… sauf que pour nous le plus gros soucis est la distance (100km du lieu d’habitation) et les tarifs de ces écoles (comptez près de 5000$ l’année pour une personne). Si vos revenus ne sont pas très haut vous pouvez bénéficier d’une bourse de l’état français mais le dossier est a constitué en avance ce qui rajoute beaucoup de tracas administratifs. La bourse est accordée aux familles dont les revenus ne dépassent pas un certain plafond, plafond fixé en fonction du PIB du pays. Autant dire que si ça se trouve nous n’aurions pas eu droit à la bourse.                                          
  • Option n°2 -> Les cours à distance assurés pas le CNED. La encore, 2 options s’offrent aux voyageurs. Premièrement, en demandant l’autorisation au rectorat, qui doit appuyer votre demande (ce n’est pas obligatoire) vous pouvez inscrire votre enfant en année complète afin qu’il suive les cours comme tous les enfants français. Le CNED est gratuit oui… mais pas pour tout le monde. Il est gratuit pour les enfants dont les parents résident en France, mais il est payant (environ 800E) pour les enfants qui vivent à l’étranger. Grosse surprise. Deuxièment, le CNED a mis en place une formule scolarité complémentaire qui permet à des enfants scolarisés en école locale de pouvoir suivre et valider les principaux cours du programme français. Le tarif pour l’année est de 499E (tarif 2015).
  • Option n°3 -> L’école locale. Après moultes réflexions, en contactant les differents établissements cités précédemment, nous en sommes venus à la conclusion que nos enfants seraient bien mieux scolarisés en école locale et cela leur permettraient de mieux s’intégrer. L’inscription a donc été faite fin mai afin d’obtenir une autorisation d’inscription puis un établissement d’affectation selon le lieu d’habitation. Mais la galère était loin et est encore loin d’être fini. Afin de pouvoir finaliser l’inscription, le district nous a demandé de faire traduire toutes les évaluations de Sayri depuis son entrée en primaire, traduites par un traducteur assermenté bien sur, et à faire apostiller et légaliser par le consulat équatorien en France. Coût d’une page de traduction 80E….                    Le départ approche et nous n’avons pas encore fini…                                                                                                                     
  • Option n°4 -> L’Académie en ligne, site gratuit qui regroupe l’essentiel du programme français par matière, des sujets d’exercices, des leçons et des documents sonores. Son point positif c’est que c’est totalement gratuit hormis les frais d’impression des documents. Le petit bémol c’est qu’il faut se montrer très pédagogue avec l’enfant car c’est nous qui jouons les professeurs.
Petit Bilan:

Nous avons donc choisi de scolarisés nos enfants à l’école fiscale Gabriela Mistral à Otavalo. Les classes et niveaux n’étant pas les mêmes nous verrons ce que cela donne quand ils commenceront. Nous avons aussi acheter des manuels d’activités en français et en maths afin de les faire travailler dans leur langue maternelle.

Une liste de fourniture nous a été donné (qui ressemble en longueur à une liste d’entrée au collège lol) car oui en  Equateur tout est a acheté même en primaire. En prime, chaque élève doit avoir en sa possesion pour l’année 3 brosses à dents, une serviette de toilette, et même son propre papier toilette (je pense que l’on reviendra la dessus xd!). Une autre chose importante qui va changer dans leur habitudes scolaires, c’est le port obligatoire de l’uniforme de l’école pour les heures de cours et d’une tenue de sport identique pour tous lors des cours d’éducation sportive.

Sans titre

La santé à l’internationale

Quand vous partez à l’étranger seul ou en famille, le plus important reste votre santé. Prenez en compte que tous les pays que vous allez visiter de disposent pas forcément d’un système de santé identique au votre et que souvent le coût de soins médicaux peuvent monter très très haut.

L’Equateur commence à améliorer son système de santé grace à l’actuel président qui a mis en place un système de sécurité sociale comparable à celui de la France. Néanmoins, le prix par mois reste élever, compter 50$ ce qui fait relativement cher quand on sait que le salaire minimum est de 250$. La réalité c’est que beaucoup ne s’assure pas et vive au jour le jour au risque de payer des fortunes s’ils tombent malade. Il existe en plus un système parallèle d’assurance comparable à nos mutuelles.

En France, nous pensons qu’il vaut mieux prévenir que guérir, c’est pour cela que nous disposons d’assurance pour tout. Et dans un sens ce n’est pas si mal même si parfois nous avons l’impression de payer pour rien ou pour les autres. Pour ce voyage donc il est impensable de partir sans assurance.

Nous voilà donc à la recherche d’une assurance maladie, rapatriement et responsabilité pour les voyageurs. En consultant plusieurs blog de voyage on constate que les même noms reviennent souvent. Il nous a alors été facile de faire des devis et de les comparer, les garanties étant presque les même, PAR CONTRE pas les tarifs.

Voici une liste des assurances que nous avons comparé:

… sans oublier que votre CB vous couvre pour le rapatriement pendant 90 jours.

Pour des raisons financières et pratiques nous avons fini par sélectionner deux assurances AVI et CHAPKA qui ont des tarifs comparables. Cependant, notre choix s’est arrêté sur Chapka assurances car c’est la seule qui propose l’envoi des justificatifs de soins médicaux par mail (médecine courante et hospitalisation de moins de 24h) ce qui est très pratique et bien plus avantageux quand on sait que la consultation chez un généraliste coûte entre 10 et 15$ en Equateur mais que les prix des services postaux explosent.

Vous pouvez réaliser des devis en ligne sans engagement sur la plupart des sites cités plus haut.

Les billets d’avion

Un seul mot! le truc le plus cher du voyage et le plus casse tête…

Habituellement, quand nous partions pour quelques semaines en Equateur nous passions par Iberia ou encore Avianca, qui proposent des tarifs les + accessibles, sauf pour nous cette année…

Etant donné que je serai en contrat local, je dois entrer sur le territoire équatorien avec un billet aller-retour obligatoirement. Sauf que vous ne pouvez pas réserver une date de retour supérieur à 9 mois, vous devez obligatoirement le modifier en cours de route. Il nous a donc fallu trouver une compagnie et un billet dont le changement était possible et à bas prix.

Exit donc les compagnies américaines qui ne comprennent pas ce que vous leur dites quand vous les appelez au téléphone, et vu les conditions tarifaires nous n’avons pas voulu tenté le diable, comme on dit.

Après avoir épluché les comparateurs de prix, de jour comme de nuit (soit disant le prix est moins élevé avant 4h du matin….) nous avions le choix entre Ibéria, Air France et Luftansa. Vient ensuite le problème des bagages, 1 bagages en soute par personne chez Iberia et Luftansa mais 2 bagages en soute chez Air France. Le prix des billets étaient les même chez Ibéria et Air France (+ de 5000E pour 4) mais avec 1 bagage de différence. Luftansa nous intéressait bien finalement car pour 4 nous en avions pour 4200E pour des billets modifiables même si nous devions payer des bagages supplémentaires ça restait encore moins cher que les autres.

Et puis finalement, par hasard, nous regardons une dernière fois avant de nous décidé et nous remarquons que les billets Air France ont baissé, de 5200E ils sont désormais à 4800E. Ni une ni deux, nous validons notre achat.

Les billets sont donc réservés moins de 2 mois à l’avance (comme quoi rien ne sert de courir). Nous partons le 10 septembre de l’aéroport St Exupéry à Lyon avec Air France-KLM.

Detail du vol:

Lyon-Amsterdam Départ 6h50 Arrivée 8h30

Amsterdam- Quito Départ 10h10 Arrivée 14h40

Si tout va bien, si l’aéroport n’annule pas les vols (car le volcan Tungurahua est en pleine activité) d’ici là, nous selon en Equateur le même jour sans trop d’escale et d’attente.

Et vous, vous avez déjà voyagé avec KLM? Vous en pensez quoi?

Le calvaire administratif

C’est bien connu, l’administration en France c’est LA galère. Papiers par ici… justificatifs par là. Enfin… pour un simple déménagement c’est déjà pas simple alors vous imaginez bien que pour un départ « far far away » c’est encore pire.

Quelques exemples dont nous avons dû nous occuper, (enfin surtout maman en fait).

  • faire le nécessaire auprès de notre banque (taux de retrait, CB…). N’hésitez pas à négocier pour une Carte Bleue gratuite, ça vaut le coup d’essayer.
  • faire la même chose à la MACIF (assurance habitation, voiture…).
  • Prévenir nos employeurs of course. Au choix selon votre cas vous pouvez demander un congé sans solde ou bien la méthode plus radicale la démission.
  • Faire transférer notre courrier à une nouvelle adresse (44e pour 1 an)
  • Faire ou refaire les passeports. Car oui pas de chance, les nôtres étaient caduques courant 2016 et la majorité des pays obligent les voyageurs d’être en possession d’un passeport d’une validé minimum de 6 mois après la date de retour. Coût 86e/ adulte et 17e/ enfant.
  • Pas de visa pour Monsieur ni même pour les enfants qui viennent d’être inscrit sur le registre de l’état équatorien (petite journée lyon-paris allée/retour pour l’occasion). Madame devra demander son visa d’échange culturel (80$) dès son arrivée en Equateur pour pouvoir travailler.
  • Demander les permis internationaux (gratuit) en préfecture. A ce jour, nous ne les avons toujours pas…
  • Changer votre adresse sur le site des impôts, de la sécu (après une démission en tant que salarié vous bénéficier d’un droit de 6 mois à la sécurité sociale)
  • Souscrire une assurance santé internationale (Cher….très très cher)

J’en oublie sûrement mais pour conclure je dirai que c’est une vrai grande organisation et qu’il faut d’y prendre suffisamment à l’avance pour ne rien oublier.