Vacances et visite

La fin du semestre arrivé, le temps des vacances est arrivé. J’avoue, je vous écris cet article alors que j’ai déjà repris le travail depuis une semaine. Mais mieux vaut tard que jamais.

Alors rétrospective de mes vacances, ça vous dit?!

Fin du semestre oblige, deux semaines de vacances bien méritées où nous avons eu le droit à la visite de la famille.

Au programme, beaucoup de visites dans le pays, mais surtout le plaisir des retrouvailles et de la bouffe française…

Nous avons pu découvrir des sites touristiques et en redécouvrir certains, toujours sous la pluie car l’arrivée de la saison chaude se fait attendre ici.

Visite du Centre historique de Quito (El Panecillo, la Basilica del Voto Nacional et quelques autres églises)

La mitad del mundo

Baños et ses thermes

La lagune de Quilotoa

Otavalo et la cascade de Peguche

 

 

À la Une

Feliz año nuevo

Le temps est venu de dresser un bilan de l’année 2016.

La fin de l’année s’est très bien déroulé. Nous avons passé les fêtes de Noël en famille à Quito, autour d’un bon repas le 24. Les enfants ont ouvert leurs cadeaux le 25 que le Père Noël avait déposé pour eux sous le sapin. Ici, tous les gens ne font pas de sapin et n’attendent pas le Père Noël tout dépend des croyances, traditions et des moyens économiques.

15726957_10211908853135573_7424788761657619735_n

En Equateur, mœurs obligent la majorité des équatoriens passent les fêtes en famille, Noël ET réveillon du nouvel an. Pour le 31, tradition française oblige nous avons fêter entre amis mais à la façon équatorienne. Déguisement, feux d’artifice, danse et on brûle même un mannequin (fabriqué soi-même) qui peut représenter une personne connue, habillé de vieux vêtements. Cette tradition sert à clôturer l’année en cours et à annoncer le renouveau. Attention aux flammes!!!!

Un bilan de 2016?

15726644_10211910603819339_8485092203802910846_n

L’année 2016 n’a pas été de tout repos et pas facile non plus.

Rétrospectives de 2016

  • de grosses déceptions familiales, une séparation et un déménagement loin de la belle famille
  • des angoisses économiques (le pays étant paralysé par la crise économique, pas de salaire de mars à juillet),
  • la fin d’une année scolaire en juillet et le début d’une nouvelle en octobre
  • la peur de ne pas rentrer en France pour les vacances (l’immigration n’autorisait pas les enfants à sortir du territoire sans autorisation parental du parent absent. Il a fallu envoyer d’urgence une autorisation depuis la France en DHL, repayer un changement de vol chez KLM à 1400$ la modification. Finalement embarquer le 20 août au lieu de début août)
  • des vacances dans le sud et retrouvaille avec la famille à Lyon
  • prendre l’avion seule avec les enfants (avec 3 escales en prime)
  • le retour en Equateur en septembre (et des recherche de logement à bon prix à n’en plus finir)
  • de nouveaux amis et des sorties inoubliables (cinéma, salon du festival du livre …)

15698271_10211908857095672_5294538084046172795_n

  • un déménagement à Quito (dans le centre historique, le quartier le plus beau de la capitale)
  • une nouvelle école pour les enfants
  • la fête des morts (la Toussaint) à Quito et les fêtes de Quito en décembre
  • de nouveau élèves… et des anciens
  • de nouveaux cours et de nouvelles responsabilités.

En Bref, je ne mets plus 3h pour aller travailler mais 6 minutes en bus. Les enfants vont à l’école franco-équatorienne, une des meilleures du pays. Je vis dans un pays où il fait beau toute l’année. J’aime ma vie et mon travail.

Bref, ce fut une année riche en émotion. Que pourrait m’offrir 2017?

Ne sachant pas si je trouverai du travail en Equateur l’année prochaine, je profite à fond de ma deuxième et dernière année en tant qu’assistante de français et de mon travail à l’université. Cette expérience m’aura beaucoup appris à m’adapter à toute situation et à m’ouvrir aux autres. Mon contrat se finissant fin juillet, je ne sais pas encore si je rentrerai en France pour les vacances d’été. Ce que je souhaite?

15826105_10212004506166839_530718821776125811_n

Trouver une stabilité, ici en Equateur. Car c’est un pays merveilleux même si tout n’est pas parfait (je ne me vois pas retourner vivre en France pour l’instant), Terminer mon mémoire et valider mon master de fle

 

Et vous, quels sont vos souhaits ou vos projets pour 2017?

 

 

Vacances de Toussaint

Des nouvelles?

Après avoir repris le chemin du boulot le 3 octobre et la bonne vieille routine à l’autre bout du monde, l’heure des petites vacances ont sonné.

En effet, la Toussaint est synonyme de vacances et surtout de fiesta.

En Equateur, Halloween n’est pas fêté par les enfants mais bien par les ados/ adultes qui en profitent pour sortir dans les zones branchés tout en se déguisant en monstre.

Ici, le 2 novembre est férié ce qui permet à tous le monde de se rendre dans leur famille, certains habitant dans des provinces éloignés. (On voyage en bus très fréquemment et sur des longues distances).

J’ai eu des vacances du 2 novembre au 6 novembre ce qui m’a permis de souffler, de me reposer et de me promener un peu à Quito.

Visite du Panecillo qui se trouve au Centre historique de la ville. Cette statue d’une vierge surplombe toute la ville.

Vue de tout Quito

Basilique

Et vous, fêtez-vous Halloween, la Toussaint?

Fête des lumières en octobre….

Hello,

pourquoi ce titre me direz-vous? alors qu’on sait tous (ou pas) que la fête des lumières c’est le 8 décembre.

D’abord, pour ceux qui ne sauraient pas, la fête des lumières est née à Lyon. Tous les 8 décembre nous illuminons nos fenêtres avec des petits luminions.

POURQUOI?

Pour résumé, nous remercions la Vierge Marie d’avoir débarrassé la ville de la peste au Moyen Age.

Et en Octobre?

La fête s’exporte pour la première fois en Amérique du sud, et c’est en Equateur, à Quito, qu’elle a élu domicile pour la première fois. L’organisme Habitat III a donc travaillé avec le maire de Lyon pour pouvoir mettre tout ça en place.

Donc, du 15 au 19 Octobre, de 19h a 00h, les rues du centre historique sont submergées de monde qui vient admirer les jeux de lumières sur quelques monuments et place stratégiques comme: Plaza de Santo Domingo, Plaza Hermano Miguel, Plaza del teatro, Iglesia de la Compañia, Plaza de la Merced.

Alors… en tant que lyonnaise j’en pense quoi?! Réussite ou flop’ total?!

Je dois dire que c’est plutôt réussi, les jeux de lumières sont jolis et accompagnés de différentes musiques. Malheureusement, on ne peut pas égaler la dimension spectaculaire des jeux de lumières de Lyon et le côté spirituel n’est pas présent. Mais j’ai aimé pouvoir « fêter » cette fête de renommée mondiale à l’autre bout du monde, même si c’était avec deux mois d’avance.

Le 8 décembre, il n’y aura pas d’illuminations dans les rues, mais je mettrais des bougies sur mon balcon, la tradition!!!

Bref…

On se sent plus français à l’étranger… vous n’allez pas me contredire.

 

Et vous? des traditions qui se sont exportées? continuez-vous à faire la fête comme en France ou vous êtes-vous totalement immergé dans la culture locale?

Un pied à terre à Quito … ça vous dit?

Hola!!!

Je viens d’emménager dans un nouvel appart au cœur du centre historique de Quito.

Chers voyageurs en herbes, je peux vous héberger le temps d’une ou plusieurs nuits. L’occasion de se rencontrer et d’échanger sur nos expériences de vie à l’étranger.

Pour me contacter et réserver c’est par ici

A bientôt,

A.

Le Bien et le Mal

Semaine du 19 Septembre 2016

L’expatriation n’est pas souvent source de joie et de bonheur…

  Aujourd’hui on entame la deuxième semaine d’école, de vie à Quito. Il pleut et le moral n’est pas au beau fixe.

Les cours n’ont pas encore commencé, alors j’ai toute la matinée pour moi. Sans internet pour me passer le temps car notre proprio actuelle (une bipolaire richissime) a encore débranché tous les fils. . .

J’ai fait ma première séance de sport depuis longtemps, pris une douche, u un café et fait une sieste. Réveillé pas un numéro inconnu qui m’a raccroché au nez, j’ai décidé de lire quelques chapitres de La Cabane de W.Paul Young.

Il faut que je vous en parle!!! Ce livre mêle fiction et précepte religieux, je le recommande à tous.

RÉSUMÉ
Missy, la cadette des filles de Mackenzie Allen Phillips, a été enlevée lors de vacances en famille. Certains éléments pourvant démontrer qu’elle a sans doute été victime d’un meurtre abject ont été trouvés dans une cabane abandonnée au fin fond d’une région sauvage de l’Orégon.
Quatre ans plus tard, toujours en proie à son « grand chagrin », Mack trouvé glissé sous sa porte un message énigmatique l’invitant à retourner à la Cabane, celle-là même où l’on avait retrouvé la robe pleine de sang de Missy. Au mépris du bons sens, Mack s’y rend. Ce qu’il va y trouver changera sa vie à jamais.
Dans ce monde où règnent d’indicibles souffrances, où donc est Dieu? Les réponses qui seront données à Mack vous ébahiront et … de la douleur, vous passerez à un fantastique message d’espoir.

Justement, ça parle du bien et du mal et notre subjectivité sur ce qui est bien ou mal pour nous.

Qui suis-je pour savoir ce qui est bon pour moi?!

Quand je demande conseil à quelqu’un est-ce-que je le suis? Non, je n’en fais qu’à ma tête, à chaque fois. Alors que les gens qui nous connaissent ou pas veuillent nous conseiller au mieux sans nous juger et essayent de nous aider à prendre la bonne décision.

Le bien et le mal: encore eux.

Qui dit vrai? Qui a la bonne solution? cette personne a t’elle raison? se trompe t’elle car elle ne connait pas les détails qui la feraient changer d’avis?

NON

Les gens ne se trompent pas, ils veulent juste aider à y voir clair quand tout est sombre pour vous, car les ténèbres représentent la solitude. La main tendue d’un parent, d’un ami ou même de Dieu si vous êtes croyant, représente la Lumière.

Si vous la lâchez, vous n’écoutez pas les conseils (par orgueil, énervement, honte…) vous perdez cette lumière et vous vous retrouvez seul, seul dans l’obscurité totale. Votre solitude représente les ténèbres et vous êtes seul à les créer et à les faire exister autour de vous. Vous êtes le créateur de votre propre malaise, de votre propre mal.

  Aujourd’hui, je le comprends maintenant, grâce à ce livre que j’ai mis deux ans à ouvrir.

Si j’avais écouté les conseils, que j’ai moi même demandé, nous n’en serions pas là. L’orgueil, l’égoïsme et mon propre désir l’ont emporté, le « côté obscure de la force », appelez-le comme vous voudrez. Le mal est en nous, nous devons lutter contre notre désir d’autonomie, vouloir obtenir tout à tout prix comme un enfant sans écouter la voix de la raison.

  Aujourd’hui, il pleut, et je me remets en question…

Qui suis-je pour juger ce qui est bon ou mauvais, bien ou mal, propre ou sale, beau ou laid?

Tout n’est que subjectif au final et c’est ce qui provoque les querelles entre les gens car chacun veut défendre sa propre opinion, sa propre subjectivité.

Note à moi-même: Ouvrir son esprit aux autres, atteindre la Lumière … c’est écouter et faire confiance aux autres.

A.