Système scolaire français VS ecuatoriano

    Aujourd’hui on parle école et plus particulièrement système scolaire. Je vous propose d’exposer mes premières impressions sur notre nouvel environnement. Toute les indications qui seront donnés ici correspondent à l’école spécifique des enfants, cela peut varier d’une école à une autre.

  L’école, rappelons-le est gratuite, laique et obligatoire en France jusqu’à 16 ans. En Equateur, le système est similaire étant donné que l’école est obligatoire de 5 ans jusqu’à la fin des études secondaires. (même si le président actuel a fait beaucoup pour réformer le système scolaire et éviter la mendicité et le travail des enfants dans les rues, il est encore possible de voir des enfants travailler -surtout le weekend). L’école commence à 7h10 et se termine à 12h10. Le lundi matin tous les élèves sont réunis pour chanter l’hymne national. A 9h30, c’est la récréation et les enfants ont droit à une collation fournis par le district ou on la possibilité d’acheter des gourmandises (argent donné par les parents): gélatine colorée, pop corn, brioche… « ne pas manger entre les repas » n’existe pas. Ca ressemble au système américain.

Les principales écoles publiques, ici appelées fiscales, s’appellent désormais « Unidad Educativa » (unité éducative). C’est donc dans un tout nouveau système scolaire public réformé que nous arrivons, auquel même les professeurs ont dû mal à s’adapter. Et pour cause, ici beaucoup de compte à rendre à tout le monde. Un professeur doit faire des rapports d’activité par semaine, mois et année et le transmettre à l’autorité compétente. De plus, chaque enfant doit subir une procédure d’inscription stricte pour pouvoir être inscrit définitivement, procédure à commencer au mois de juin qui vient à peine de se finaliser dans les écoles. Ces procédures sont à la charge de l’enseignant qui lui même est souvent amener à faire des « heures sup » non rémunérés pour se rendre au district, à l’administration…

A suivre, les différences notoires entre nos deux systèmes scolaires. En France, nous nous plaignons finalement trop de tout avoir à porter de main.

  En France, nous sommes habitués à nos salles de cours propres, rangées et pleines de matériels près à être utilisés. En maternelle, on dispose d’un professeur et d’une Atsem pour aider et même de femmes de ménages. La cotisation annuelle pour la coopération ne dépasse pas 10e.                                                                                             En Equateur, les salles de classes ne disposent que du minimum: bureaux et chaises, tableau et une étagère (pour la classe de S.).  En début d’année, un comité composé de 3 parents est nommé et chargé de prendre en charge la liste du matériel manquant dans la classe (poubelle et sacs, feutre pour le tableau…). Tout est comptabilisé et ensuite on divise la dépense selon le nombre d’élèves. La dépense peut varier selon les envies du professeur aussi…

Pour Sayri, 5$ ce mois-ci puis 2$ chaque mois et pour Natanael, 2$ par mois

MENAGE, A qui le tour?

  Une autre chose qui reste impensable en France et ici monnaie courante: tous les parents d’élèves doivent participer au nettoyage de la salle de classe, chacun leur tour, car ici il n’y a ni femme de ménage ni Atsem. Au choix, soit les parents le font à tour de rôle, soit ils décident de payer un parents pour le faire tous les jours.

Pour la classe de Natanael, une maman s’est désignée. Elle sera payée 0.50$ par élève et par semaine, soit environ 56$/ mois. Pour la classe de Sayri, les élèves se chargent du nettoyage de la classe toute la semaine et le vendredi c’est un parent qui nettoie et passe la serpillère, selon l’ordre de la liste.

  Les parents doivent aussi financer la maintenance de la reprographie. Ici, les professeurs doivent payer eux-mêmes les photocopies et rien n’est financé par le ministère. 1$ par personne pour l’année.

En résumé, des points positifs mais aussi des points négatifs.

Les points positifs:

  1. Les enfants n’ont pas école l’après-midi.12036904_10207979532305008_1623595800555868150_n (1)
  2. Le rythme scolaire est plus tranquille et moins stricte. Les élèves sortent pour aller au toilette et en profite pour se promener (pour les plus grands).
  3. A chaque sortie d’école, des marchandes ambulantes vous attendent avec glace, bombons, et même des saucisses/frites. Attention les gourmands.
  4. Chaque enfant porte un uniforme, pas de différence de catégorie sociale et on n’abime pas ses propres vêtements. Petit bémol, le prix. Compter 50$ pour chaque enfant et 25$ pour les chaussures (chaussures de ville et chaussures de sport).
  5. Les enfants sont sociables. Aucun problème d’adaptation.
  6. Pas d’assurance scolaire obligatoire.
  7. Nous avons trouvé un chauffeur qui emmène les enfants tous les matins à 6h30. Ils les récupèrent devant la maison et les déposent devant l’entrée de l’école à 6h50. Il vient ensuite les récupérer à 12h10 et les ramène à la maison.
  8. Période d’adaptation pour les plus petits beaucoup plus longues qu’en France. Pour certains enfants, c’est leur première année à l’école, d’autres ont été au jardin d’enfant et d’autres, comme nous, ont déjà 2 ans d’école maternelle a leur actif. L’école a commencé le 7 septembre ici et l’adaptation aux horaires n’est pas encore fini. La semaine dernière, N. n’avait école que de 7h à 10h30, et cette semaine jusqu’a 11h. On avance petit à petit, le but étant que les enfants se sentent bien, avant d’entrer dans les apprentissages.
  9. Les professeurs ont l’air beaucoup plus à l’écoute de chaque enfant. La maîtresse de S. travaille avec lui la compréhension de l’espagnol ainsi que son expression. La maîtresse de N. quant à elle, lui parle doucement et il commence à comprendre beaucoup de chose.

Les points négatifs:

  1. 12049158_10207979532625016_2324571469858814250_n (1)Manque de matériel pédagogique qui doit être financé par les parents.
  2. Nettoyage des classes faites par les parents.
  3. Inscription à l’école désormais très lourde et compliquée depuis la réforme.
  4. Les sanitaires de l’école disposent très rarement d’eau. Les enfants ne peuvent pas tirés la chasse d’eau.
    S’il n’y a pas d’eau au robinet, un tonneau est généralement rempli et les enfants doivent remplir un seau et le vider eux même dans les toilettes.  Manque d’hygiène notable. Les femmes de ménage ne sont là que pour ramasser les papiers… Une réunion est nécessaire pour résoudre ce problème. (Je rappelle que l’on se trouve en  Amérique Latine et d’autant plus à la campagne, il est possible que l’eau ne coule pas pendant 1 ou 2 jours, la modernité arrive doucement…)
  5. Aller à l’école en bus ça nous change, nous qui y allions toujours à pied. Maintenant, nous devons prendre le bus à 6h40 pour arriver à 7h, quand nous n’avons pas de chauffeur. Nous revenons aussi en bus. Le tarif est de 0.30$ pour les adultes et 0.15$ pour les étudiants.
  6. La liste du matériel scolaire IMMENSE!!! aussi longue qu’une liste pour une entrée au collège en France. Une fois encore, tout est à fournir, même
    son propre papier toilette (3 rouleaux par enfant). Pour chaque enfant, nous avons dépensé 20$.

J’espère que ce petit article vous aura plus.

A bientôt,

A.

Publicités

3 réflexions sur “Système scolaire français VS ecuatoriano

  1. Ca fait de grosses différences en effet. Je trouve ça pas mal d’impliquer les parents dans l’école, surtout dans des pays où ils ne font pas beaucoup d’études. Mais c’est dommage de ne les impliquer que pour le ménage. Cela dit, j’imagine que c’est incompatible avec leur journée de travail.

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : Une famille expatriée en Equateur - Chapka Assurances

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s